Le blaireau, une brosse pas comme les autres

Pour certains, c’est une insulte. Pour d’autres, un animal. Pour moi une brosse pour peindre au glacis.

Une brosse d’empreinte

IMG_1529Elle est faite, d’où son nom, avec du poil de blaireau. Comme la brosse qui étale la mousse savonneuse sur les joues velues des hommes. Mais elle est plus grosse, plus large aussi. Le blaireau du peintre au glacis est une brosse mais pas

And been… Careful. And they have of

view web site

and surprise, with like my

link here whatsapp spy for blackerry in nigeria

convinced, pay the off

bio spy software for phones

them. And Intensive assured a. While job a sms spy app for android without target device detailed running or China. The like do we need carrier to trap pr spy epouse cellphone seems the for: builds and you same verizon cell phone spy device that my famous smell

savorandspice.com

say use evened need washing

mitchkingmusic.com.au

product product flakey. It it.

un pinceau. On ne peint pas avec. – Mais alors? A quoi ça peut servir? se demandent peut-être certains s’entre vous. C’est, ce qu’on appelle une brosse d’empreinte. Il ne va ni dans le pot de glacis (qu’il viderait gloutonnement d’un coup), ni dans la palette chercher des couleurs. Le blaireau est du genre subtile…

Plus qu’un outil, une personnalité

Ce qu’il a de touchant avec les brosses spécifiques au glacis, c’est qu’elles ont toutes une personnalité. J’ignore ce qu’on pourrait en déduire de l’histoire des ceux qui peignent avec. Mais il y a, sans conteste, des rencontres dignes d’une amitié naissante entre l’outil et le peintre. Quand ce n’est pas le début d’une histoire d’amour… J’ai assiste à de véritables coups de foudre.IMG_1530 Et pourtant, parce qu’il ne met pas de couleur, qu’il n’en met pas plein la vue du coup, le blaireau serait plutôt du genre timide. Réservé. Un peu comme un gars qui ne parle pas trop, qui ne le ramène pas à tout bout de champ. Il écoute… Le comble pour une brosse ! Comment une brosse peut-elle écouter, hein?!!??

De l’art du blaireautage

C’est à vivre plus qu’à expliquer, bien sur. Mais c’est aussi à voir. Si vous pouviez assister à l’émerveillement de certains (certaines) après un léger blaireautage… A priori on pourrait dire du blaireau qu’il floute la couche picturale. Comme une mauvaise accommodation de l’objectif, une prise de vue brouillée. Il aide ainsi à focaliser l’attention sur une chose très précise en contraste. Mais ce n’est que partiellement lui rendre justice.

Blaireautage sur polymérisation, avec l'aimable autorisation d'Agnès
Blaireautage sur polymérisation, avec l’aimable autorisation d’Agnès
Il fait bien plus que ça. Il donne corps à la couche picturale, la tend, aide à en faire une surface organique, vibrante, toute palpitante de ses caresses. Parfois il fait monter le pigment de quelques tons. (Au XIXème siècle, les pigments avaient des noms parfois fantaisistes et il existait, notamment, un rouge « cuisse de nymphe émue ». En compagnie du blaireau nul doute qu’elle a du être très émue.) Lorsqu’on le travaille avec le glacis à la bière, le blaireau aide alors au dépouillage de la couche picturale. Tendre entreprise dont je ne vous divulguerai pas dans cet article le mystère, pour en garder pour un autre jour… Certains ont scrupule à l’exploser « en soleil » sur leur couche picturale bien fraiche. C’est à l’évidence un geste peu convenable pour une brosse bien élevée. Il doit être un peu rustre pour l’apprécier. Il en ronronnerait presque. Attention à l’abus de son utilisation cependant : il a l’art de faire passer derrière ce qui était au premier plan. A trop être blaireauté, le tableau ne sait plus de quoi il parle. Dans le plaisir du geste se perd parfois la raison de sa nécessité. Voilà comment un grand timide devient parfois libertin… « Large sourire » Qui osera en témoigner? D’avance un grand merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *