Qui suis-je?

Peintre et…

 

Je suis née peintre. C’est une évidence qui ne relève pas d’un choix.

J’ai peint dés mon plus jeune age. Avec le temps cependant, je me suis un peu perdue dans ce que je croyais que les autres attendaient de moi, en tant que peintre. Au point que je n’ai plus peint pendant un long moment.

Entre la naissance de mon premier enfant et le second, j’ai rencontré mon Maître : le Glacis.

Bien sur, on ne me l’a pas présenté comme ça… C’était juste une technique qui nécessitait un apprentissage et qui était sanctionnée par un examen pour un métier que je n’ai finalement que très peu exercé (Peintre-décorateur).

Sauf que… le Glacis ne fait jamais ce que vous aviez l’intention de faire. A la place, il vous parle de vous, vous interroge sur vos limites, vos croyances, vos convictions, votre tolérance à ce qui advient malgré vous.

Je suis tombée amoureuse de ce que j’appelle ma « marge accidentelle », qui est sans doute la meilleure part de mon peintre. N’allez pas croire que ça me fait faire n’importe quoi… non, ça m’oblige à admettre que je suis mille fois plus créative que je ne l’ai cru longtemps. Avec elle, le Glacis n’est plus une technique mais une pratique, et ma « baguette magique » au service de bien plus qu’un tableau.

Historienne de l’Art, de formation, je suis allée chercher les fondements du Glacis, pour découvrir lui découvrir une participation à une quête spirituelle occidentale oubliée mais bien vivace : l’alchimie.

De découvertes sur moi en découvertes sur l’Autre, je suis allée chercher chez des professionnels de l’accompagnement (thérapeutes, coachs, formateurs…) des outils complémentaires pour mieux me rendre opérative. (En cliquant ici vous trouverez mon mini-cv). Je suis devenue coach et enseignante sur le processus créatif.

J’ai forgé mes métiers sur la conviction que j’ai ma part à apporter à la construction du monde. Un monde pour lequel la peinture est une brique bien moins futile que ce que l’on veut bien admettre d’ordinaire…

C’est ainsi que sont arrivés dans l’atelier les premiers Essuyés et, quelques années plus tard, les premières paires d’ailes pour humains. En allant chercher à la source, au plus profond de moi-même ce que j’ignore encore, ils apparaissent. Et ils me stupéfient !

Ma conception de l’Art  est qu’il est indispensables à tout à chacun, artiste ou pas. L’art c’est une recherche, un laboratoire personnel et collectif pour être acteur de sa vie, participer à la société, penser, imaginer et même réinventer le « vivre ensemble ». L’art est un lieu de réconciliation, un monde symbolique foisonnant et puissant qui peut agir dans la vie de chacun.

De ce point de vue, je suis donc une artiste engagée. Engagée vis à vis de vous, vis à vis de la société dans laquelle je me trouve, engagée dans l’époque à laquelle nous appartenons.

Je suis peintre de métier mais le métier et la vie des autres m’intéressent et me nourrissent. Je perçois cela comme autant de complémentarités, de pistes. J’adapte donc mes outils à la réflexion d’autres possibles. J’aime le rebond !

J’en suis arrivée à travailler avec d’autres accoucheuses de sens : Fabienne (psychothérapeute et énergéticienne) et Anne (auteure, coach littéraire et théâtrale). Avec elles, j’invente encore d’autres approches, d’autres façons d’interroger le monde.

J’interviens aussi sur le Processus créatif à l’Université et en Entreprise depuis plus de 15 ans. Je suis « la Tortue » du Lièvre et la Tortue Formation, un organisme de formation à taille humaine qui s’adresse à des humains qui veulent comprendre comment vivre l’entreprise humainement .

Vous pouvez découvrir mon apport personnel de peintre dans le Vestiaire des ailes

Quoiqu’il en soit, je suis un peintre dont l’atelier est ouvert. Vous y êtes les bienvenus!

J136x114-19477Retour à l’accueil