Séminaire Glacis en Entreprise

Je rentre d’un séminaire en Allemagne de cohésion d’équipe.

slid14Mais que vient faire le glacis en entreprise? se demandent peut-être certains d’entre vous. Et, à fortiori, une artiste au milieu d’un Codir (entendez-vous, pour ceux qui ne connaissent pas encore le terme, Comité de Direction)???

L’histoire a commencé très tranquillement

A l’époque où mon atelier était encore un lieu clos sur le reste du monde, une petite bulle silencieuse et intime, bien protégée des remous extérieurs, une femme pilote de ligne m’a demandé d’y passer 3 jours en ma compagnie.

Elle ne désirait pas devenir peintre, pas même apprendre à peindre mais avait entendu parlé de ma technique et voulait s’accorder 3 jours avant de repartir dans les décalages horaires et de trop lourdes responsabilités. Je n’avais aucune idée de ce que je pouvais lui proposer mais la demande était assez atypique pour m’intriguer. Nous avons donc travaillé ensemble, à « ouvrir ses ailes », « partir en mourant », « se mettre en 3″… Elle a réalisé je ne sais plus combien de lâcher-prises tout de transparence, de lumière et de couleurs. Elle découvrait une philosophie et, moi, je redécouvrais l’émerveillement des débuts, ces audaces propres à celui qui ne sait pas et ose tout.

Par la suite, ont sonné à la porte de l’atelier, des infirmiers urgentistes, des greffes de tribunaux, d’autres navigants bien sur, tous demandeurs de cette curieuse expérience sans nom dont je tentais de comprendre les motivations pour mieux y répondre.

Puisque l’entreprise, d’un salarié à l’autre, venait à moi, je me suis dite que je pouvais aussi venir à elle

Oser sortir de l’atelier, me confronter au monde. C’est ainsi que j’ai été amené à rencontrer Philippe et Pascale CROUY, qui à l’époque réfléchissaient à ce qui allait devenir une formidable aventure humaine : Arthusa. Des hommes au cœur de la performance… Je parlais branchement hémisphérique, ils parlaient prédominance comportementale : nous parlions, en réalité, la même langue dans des dialectes différents. Et nous partagions la même envie de croire en l’intelligence collective pour peu qu’on la cultive.

Première intervention en entreprise : l’équipe de direction d’un groupe sidérurgique. Ils avaient pour certains des cravates, étaient en costumes, les téléphones portables posés sur la table et ne lâchaient pas les  cours de la bourse tout en me jetant un œil interrogatif.

Franchement, je ne sais plus ce que je leur ai dit pour qu’ils m’accordent, et leur temps, et leur confiance, mais ce groupe a été le point de départ d’une nouvelle application du glacis et un réveil matin pour le peintre ermite que j’étais. Je me suis formée en management, ai suivi les parcours Arthusa, ai rencontré et travaillé avec des experts en Performance globale, Hygiène et sécurité, Veille économique… Je suis entrée dans mon époque!

5 ans plus tard… je rentre d’Allemagne

slid16Premier séminaire en anglais : « Open your wings », « Let’s start to die » and « Putting you in 3″… Une entreprise de connectique industrielle, entre deux pays, une équipe à souder. Un Team building.

Et, vous savez quoi? Ils ont produit en 2 jours 22 tableaux dans des teintes époustouflantes, pleins d’audace, d’énergie, de liberté et de fantaisie. Des tableaux qui racontent l’extraordinaire potentiel dont ils sont porteurs lorsqu’ils agissent ensemble. 22 tableaux à 22 mains, toutes mains mêlées dans chacun des tableaux. Une organisation, un cadre, de la confiance et, surtout, l’envie d’oser.

Alors, il y en a peut-être pour penser qu’un peintre et une entreprise n’ont pas grand chose à se dire et c’est peut-être vrai…
Ils ont surtout beaucoup à faire!

Suite au prochain épisode…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *