Fabienne Verdier, hommage aux maîtres flamands

A l’occasion d’un voyage à Bruges cet été, j’ai visité l’exposition consacrée à Fabienne Verdier au Groeningemuseum : L’esprit de la peinture, hommage aux maîtres flamands.

Qui est Fabienne Verdier?

Le nom de cette artiste revient souvent dans l’atelier. Après 10 ans passés en Chine et une longue maturation en atelier, son travail fascine par l’interpénétration des cultures occidentales et asiatiques. Cette exposition présente conjointement des œuvres du XVème siècle et celles, contemporaines, de Fabienne Verdier.

Remettre ses pas dans ceux de ceux qui nous ont précédé

Je suis particulièrement sensible à cette démarche qui consiste à remettre humblement ses pas dans ceux de ses prédécesseurs. Tout comme, lorsque je peins au Glacis, je suis accompagnée par 350 ans de l’histoire d’une corporation professionnelle à laquelle appartenait, entre autres, mon grand-père. Continuer la route, avec respect mais sans copier, sans reproduire, pour ne pas prendre le risque de trahir. Rester dans le vivant, le moment, cet instant de vie qui appartient au peintre d’aujourd’hui.

Témoignage d’un cheminement

Une occasion exceptionnelle aussi d’entrer dans

l’intimité d’un processus créatif, de voir comment une œuvre ne nait pas seule mais est le fruit d’une maturation, de gestes picturaux, jusqu’à l’épure, jusqu’à la forme abstraite, nourrie de réflexions. Comment toucher à quelque chose d’intemporel. [responsive]Fabienne Verdier[/responsive] L’exposition s’est achevée le 25 août mais un fabuleux livre en garde et la trace et l’essence aux Editions Albin Michel – ISBN 978226246547

Une réflexion sur “ Fabienne Verdier, hommage aux maîtres flamands ”

  • 25 août 2013 à 14 h 10 min
    Permalink

    OUI, OUI OUI Blandine, je confirme et je complète… un peu!

    Lors d’une escapade estivale Belge avec ma copine cat, nous avons aussi suivi les pas de Fabienne Verdier dans sa recherche, sa quête comme un chemin spirituel et visuel.
    tentant de saisir le souffle, souffle qui anime … souffle ,instrument et objet de sa peinture.

    Avant de nous rendre à Bruges nos pas nous ont menés à Bruxelles à la maison d’Érasme et son jardin philosophique.
    Ce lieu, à découvrir, plein de quiétude et d’harmonie présentait l’exposition:
    Fabienne Verdier, L’esprit de la peinture (notes et carnets):
    Nous y avons découvert un ensemble d’encres et de carnets de croquis de Fabienne Verdier.
    » Ces œuvres sur papier et carnets permettent de découvrir le travail de recherche et le cheminement de la pensée de l’artiste autour d’un choix d’oeuvres de Primitifs flamands du Groeningemuseum de Bruges » .

    A travers ces notes et carnets d’atelier , c’est effectivement exceptionnel de suivre le cheminement, les détours de son processus créatif , ses recherches, ses lectures, des pensées , ses esquisses…
    Elle laisse voir à travers ces carnets le labeur qui procède à son œuvre de peintre.
    travail si subtilement exprimer dans la recherche du souffle et du trait dans ces encres sur papier qui m’ont particulièrement touchés!

    Les éditions Albin Michel publient :
    la reproduction de trois carnets de recherche de Fabienne Verdier accompagné d’un texte d’Alexandre Vanautgaerden : « Fabienne Verdier et les maitres Flamans: notes et carnets ».

    c’est avec cet éclairage sur son travail que nous avons découvert ces œuvres magnifiques à Bruges, mais Blandine nous en déjà parlée……

    j’ajoute, pour ceux qui veulent découvrir l’œuvre F. Verdier de visu, une expo à venir très vite à Paris:
    du 21 septembre au 3 novembre 2013

    Galerie Jaeger Bucher, 5 7 rue Saintonge Paris 3ième
    exposition personnelle de Fabienne Verdier .

    j’y vais et vous?
    « cat la bretonne »

    Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *